Dissection du Qui, oui : Moi.

Je ne suis qu’un tas de bulbes, morceaux, chairs connectées par une maille neurale & soudée par la masse cérébrale. Mille plus un, circonvolu, contracté, flottant, prisonnier d’une cage d’os. L’encéphale, salaud, enregistre ce qui lui chante et noie l’info, poisson traître. Sommes, suis-je la simple accumulation de millions de stimuli, complexe tiroir duquel débordent mes souvenirs ? Baudelaire pensait que oui. Sommes-je l’étrange addition de facteurs biologiques… Ou le rêve, conscient, d’un être dont je ne serai qu’une partie ?

Scrofule. Peste, farce que cette vie. Désigné témoin d’un temps qui s’efface, je regarde autour de moi : le monde s’écroule et s’échoue autour de nous. A la poursuite d’un temps qui est déjà perdu, nous courons pour rattraper ce qui ne peut plus l’être. Les réminiscences d’un stimulus passé, qui se distord et change, à mesure que notre temps s’achève. Sommes-je des bêtes égocentrées, qui ne se délectent qu’en cherchant perpétuellement à revivre ce qui a déjà été ? Mais le sablier est troué, rien ne sert de le retourner…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s